Le Hip Hop : une nouvelle discipline olympique

Publié le : 08 novembre 20213 mins de lecture

En 2024, une rencontre historique aura lieu à Paris. La capitale française accueillera à la fois les Jeux olympiques (26 juillet-15 août) et les Jeux paralympiques (28 août-8 septembre), organisés par le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJO). Ces Jeux sont l’un des événements les plus importants de la capitale. Un siècle après les avoir accueillis pour la dernière fois, les Parisiens s’apprêtent à vivre ensemble une nouvelle aventure.

Les Jeux olympiques d’été que Paris va accueillir en Aout 2024 vont nous permettre de voir à l’œuvre de nouveaux disciplines. Cet événement majeur dans le monde du sport est aussi une grande fête nationale. Pendant plus d’un mois, y compris les Jeux paralympiques, les yeux du monde entier seront tournés vers Paris et les performances des athlètes en lice pour le titre olympique.

Mettre en avant les nouvelles disciplines

Chaque édition des Jeux olympiques est également l’occasion de mettre en avant des sports qui ne sont pas normalement au programme. À Paris, le Comité olympique a choisi quatre disciplines : le surf, l’escalade, le skateboard et le breakdance (hip hop jeux olympiques). Les trois premiers sont bien connus, mais les spécifications le sont moins. Sauf peut-être lorsqu’il s’agit de hip-hop ou de breakdance. Kevin Briault, surnommé Wink, pratique ce sport de pointe depuis une quinzaine d’années et est déjà bien connu dans le milieu. Wink est avant tout un homme passionné en tant que professeur, chorégraphe et directeur artistique. Il a participé à de nombreuses compétitions et a représenté la France dans des compétitions internationales de lutte.

Que comprendra l’événement de Paris ?

Dans ce sport, on ne parle généralement pas de combats, encore moins de compétitions. C’est un combat, emprunté à la culture américaine, berceau du breakdancing, qui est le nom commun à tous les sous-genres du breakdancing (hiphop, top rock, breakdancing, etc.). Trois catégories, B-boys (hommes), B-girls (femmes) et enfants (moins de 16 ans), s’affrontent dans ce hip hop jeux olympiques, un jury jugeant le style des danseurs, leurs figures acrobatiques, la qualité de leur improvisation et leur niveau de courage.

Une grande importance est accordée à la discipline

Pour Wink, la présence du breakdancing aux Jeux olympiques de Paris est une bonne nouvelle : « Cela nous donne l’occasion d’attirer l’attention sur un sport qui a longtemps été dépeint de manière négative. Et elle devrait encourager les jeunes à s’impliquer dans le hip hop jeux olympiques. »

Ceux qui sont encore loin de 2024 pourront en apprendre davantage sur ce sport lors du spectacle de Wink « Des hauts et débats », qui sera présenté en collaboration avec Scènes Vosges en mai prochain au théâtre d’Epinal.

Plan du site